Climate change and fossil fuels. What about the situation in Tunisia?

[Lire l’article en français ci-dessous. Read the original story in French below]

by Mohsen KALBOUSSI 

In Tunisia, as known, in 2011 there was a popular uprising that drove the former dictator to flee and gave the opportunity to establish a system based on transparent succession to power through free and transparent elections. During the years following this uprising the country has gone through a great deal of enthusiastic interest among Tunisians for various topics never discussed before 2011, particularly related to natural resources and their management by the public authorities in the country.

This reality has led to the emergence of many social movements, centred essentially on the following themes (we limit our presentation to the mining and oil and gas resources, for the basic reason, that these two sectors are intimately linked and are perceived from the same way by the social movements that concern them):

  1. Disputes around the Gafsa Phosphate Company (CPG) –a public company- in the phosphate producing areas (mining basin). The extraction of phosphate uses a lot of water, which impacts the availability of this resource for agricultural activities and even for the needs of local populations and is a source of different forms of pollution. We shall remind that the regions where phosphate is extracted are characterized by an arid climate where the average annual rainfall is less than 200 mm.

Most of the phosphate produced is processed in four chemical industry sites belonging to the Tunisian Chemical Group (TCG), a public company which products (fertilizers and phosphoric acid) is mainly intended primarily for export.

Three of these sites are located on the coast, but only two of them have been the subject of popular uprising:

a. That located in Sfax, the second city of Tunisia. This site was scheduled to be closed in 2011 (due to air and coastal pollution), but the advent of the Tunisian Revolution prevented its closure, due to the opposition of the main workers’ union to its closure (UGTT, Union Générale Tunisienne du Travail), supposedly to defend the workers of the factory. A great campaign took place in this city to push for the closure of the plant, but the situation has been blocked for years.

The disagreement is about air and coastal pollution. This phosphate processing plant is the oldest of the TCG’s in Tunisia.

b. That of Gabès, South of Tunisia. This site is the largest of the TCG factories. It is located near this city. It dumps at sea enormous quantities of phosphogypsum (solid residue of phosphate transformation). These discharges affect all marine ecosystems and are the cause of the scarcity of fishery resources, source of life for coastal fishermen who have lost their sources of income.

Other impacts of this industry include air pollution that affects the oasis of the city (the only coastal oasis in the world) and the scarcity of water resources for irrigation.

The population is claiming to stop the release of phosphogypsum in the sea, and the reduction of air pollution. Even if the authorities accept the transfer of the discharges towards the continent, the local populations of the new proposed sites for the deposit of the phosphogypsum were opposed against this transfer. The situation is jammed for the moment, waiting for new movements and other possible solutions to this problem.

The social movements related to the CPG are essentially youth ones. Young people claim employment in the Company. The response of the authorities was to recruit a number of protesters in companies named “environmental companies”, though these companies pay employees to do nothing! This inefficient solution hasn’t resolved the problem. Unemployed young people have taken many actions claiming to be recruited. This kind of movements has led more than once to the interruption of production. The perspectives seem currently to be blocked…

2. In 2011, Tunisians found out some contracts between Tunisian State and certain companies, including COTUSAL (a subsidiary of the French group SALINES), a French company that exploits salt extracted in Tunisia. Salt is sold to this company under the terms of a contract dating back to 1949! This contract has been renewed without any modification since then… It was only because of popular pressure that the government was forced to renegotiate it this year!

3. It is the same case for some oil and gas exploitation contracts.

For example, the entire production of a gas field was conceded to BG Tunisia, which resells its production to Tunisia, for the production of electricity. The Tunisian Audit Court has pointed out some of these dysfunctions in its reports, but the situation is still prevailing.

In any case, conventional hydrocarbon exploitation contracts are tainted with opacity, and there are strong suspicions of corruption hovering around the actors of this sector.

There are three movements related to this sector:

  • That opposed to the exploitation of shale gas, in the region of Kairouan. Following the announcement in 2012 of the government’s will to exploit unconventional hydrocarbons in this region, a movement took place, particularly in the capital, to express citizen’s opposition to fracking. It is in the locality of Sidi Ncir, in Kairouan, that fracking was planned. The site is a rural area whose population lives on agriculture. A well was dug by Dualex (a Canadian-based transnational company, whose current name is Return Energy Inc.). The company’s activities caused cracks in the neighbourhoods’ houses. Following their demonstrations, derisory compensation was offered to them, which does not cover the costs to repair the damages.

From this specific situation, it appears that:

-Local communities were not consulted on the projects;

-They have not been informed of the consequences of the company’s activities;

-No access to information was possible for civil society at the local and the regional level;

– The complicity of local and regional authorities with the company did not allow fair compensation for the damages observed, in favour of the affected households;

– The absence of an international relay did not allow the information concerning the struggles of the local communities to be spread in the country of origin of the multinational.

  • In 2015, in El Faouar region, at the northern edge of the Sahara desert where there are important fields for gas and oil production, young people protested, many sit-in demonstrations, sometimes violent, took place, to implement agreements signed in 2011 and of which the multinationals have disengaged. Nothing was done, and the situation remains the same!

However, some production sites are now guarded by the army and are therefore inaccessible. It should be noted that new resources have been discovered and that production continues without problems.

It should be added that in 2010, the company PERENCO declared having succeeded in the fracking in the region. This multinational uses undeclared huge volumes of water. This water comes from a spring emerging in the desert, feeds a wetland and is used by the locals for watering their livestock.

  • In 2016, a major mobilization in Kerkennah (an archipelago in central Tunisia), followed the announcement of Petrofac, a Tunisian-British company that operates a gas field in the sea near the archipelago , the cessation of funding a youth employment program in the region as part of its social responsibility. Protesters blocked production, and a police violence was recorded. This case revealed dysfunctions in the management of the sector and unresolved corruption cases.

This conflict mobilized the entire archipelago population, and forced the multinational and the government to negotiate with the population. It resulted to a recent withdrawal of the police from Kerkennah, the recruitment of some unemployed graduates, the creation of an island development company and the restoration of production (estimated at 12% of national gas production).

  • A sit-in took place in 2017 in Tataouine, a city located in the extreme south of the country and where are the main sites of oil and gas production in Tunisia. This movement mobilized large sections of the region’s youth, particularly unemployed graduates. The protestors went so far as to close the valve of an oil pipeline transferring the oil to another region. The main demand of young people was employment in companies exploiting oil and gas sites in the region.

In this conflict, the death of a youth among the protesters was recorded. The outcome of the movement was a commitment by those companies to recruit young people and the creation of a regional development fund. What followed was unfortunately that the signed commitments have not been respected.

Indeed, the agreements were signed between the government and the protesters’ representatives, as well as the UGTT, which guaranteed the signed commitments. The concerned companies do not appear on the signed text, which allows them to deny the commitments made. The production zones have been declared as closed military zone, to prevent the protesters accessing again to the sites. The multinationals present in the region act on conquered ground, and have no consideration either for the local populations, or for the legislation in force or the environment. Moreover, many sites are polluted by these companies which remain above the law.

4. The last scandal that shook up this sector took place at the end of August 2018. Indeed, it was announced the sacking of the Minister of Energy and Mines and other senior officials of the same ministry. The reason given –by the government- is that an oil field has been exploited illegally by an oil company since 2009!

A great polemic ensued to lead to a legal dispute between the company operating this field and the government.

From the foregoing, it appears that:

  • In Tunisia, the petro-gas and mining sectors are tainted by opacity, and multiple suspicions of corruption are linked to them;
  • The authorities are unable to enforce the laws on the multinationals and their commitments towards the local population;
  • The oil and gas sectors do not create many jobs, contrary to what multinationals and their supporters claim;
  • Complete opacity surrounds the activities of multinationals, and the information related to their activities comes only from what they declare;
  • A complete denial of local populations characterizes the activities of multinationals;
  • These multinationals are ignoring the protests of the local populations. The only way that could make them falter is an international solidarity which informs about local struggles in their countries of origin.

It is important to emphasize that the social movements that have taken place in relation to the oil and gas sector are struggling for access to employment. They are mainly made up of young people whose main concern is the job seeking. They are often unaware of the problems associated with the extraction of conventional or non-conventional hydrocarbons. In the regions where the main movements are located, concerns about the environment (water, pollution, etc.) and climate change are almost absent.

The awareness of these issues involves necessarily a thorough work on these themes with social movements. This kind of action has not yet taken place, and there is no link between these movements and the civil society engaged in the struggle against climate change or for the environment.

The impunity from which, these multinationals benefit must come to an end, and local struggles can only succeed and have a minimum of efficiency if they are supported by relays in the countries of origin of multinationals, to force them to respect a minimum of social rules and respect for the environment.

Social movements have to evolve and embrace other areas of struggle, including those related to the environment and climate change issues, but as raised above, this consciousness can only be efficient if a rapprochement between social movements and those of the environment is implemented.

The criminalization of social movements and police and legal harassment have not yet led to make these movements disappear thanks to the pertinence of the causes defended and the local and national solidarity. However, some activists continue to experience harassment on a daily basis, or are sometimes completely ignored by the authorities.

Tunisia has not yet have effective mechanisms in the fight against corruption that plagues the country and some sectors of its economy. Civil society is still active aiming to put an end to the legacy of the dictatorship. However, its efforts are blocked by the political parties that have succeeded to power, and also by many lobbies whose interests are related to the corruption chain. Moreover, the absence of any perspective leads young people to illegal emigration which often results in human tragedies. Europe in particular is partly responsible for this situation, by its support for neo-liberal policies adopted in Tunisia and other countries, as well as by its will to impose on Tunisia the DCFTA (Deep and Comprehensive Free Trade Agreement). To sum up, the policies against which Tunisians raised up in 2011 are still in force.

The current situation in Tunisia has certain features in common with other movements in North Africa. One of the potential efficient solutions would be the establishment of Maghreb network for environmental and climate justice. This region has common social and environmental specificities that should be developed by bringing together actors active in these sectors. The challenges young people in particular are facing are almost the same and the opportunities for developing alternatives to the development models adopted by different governments are open to all who are fighting for a more just and inclusive world.

 

[1] Thanks to Hassiba BELGHITH for helping in improving the English version of the present text.

 

 


Changements climatiques et combustibles fossiles. Qu’en est-il de la situation en Tunisie ?

Mohsen KALBOUSSI

 

En Tunisie, et comme tout le monde le sait, il y a eu en 2011 un soulèvement populaire qui a poussé à la fuite l’ancien dictateur et a donné l’opportunité de la mise en place d’un système basé sur la succession au pouvoir à travers des élections libres et transparentes. Les années ayant fait suite directement à ce soulèvement ont connu un grand engouement chez les Tunisiens pour divers sujets jamais débattus avant 2011, et relatifs notamment aux ressources naturelles et leur gestion par les pouvoirs publics dans le pays.

Cette réalité a suscité l’émergence de nombreux mouvements sociaux, centrés essentiellement autour des axes suivants (nous nous limitons uniquement aux ressources minières et pétro-gazières, pour la raison la plus simple, est que ces deux secteurs sont intimement liés et sont perçus de la même manière par les mouvements sociaux qui les concernent) :

  1. Contestations autour de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG) –une entreprise publique- dans les zones productrices de phosphate (bassin minier). L’extraction du phosphate utilise énormément de quantités d’eau, ce qui impacte la disponibilité de cette ressource pour les activités agricoles et même pour les besoins des populations locales et est source de différentes formes de pollution. Il y a lieu de rappeler que les régions où le phosphate est extrait sont caractérisées par un climat aride où la pluviométrie moyenne annuelle est inférieure à 200 mm.

Le phosphate produit est en majorité transformé dans quatre sites d’industries chimiques appartenant au Groupe Chimique Tunisien (GCT), une entreprise également publique, dont le produit (engrais et acide phosphorique) est destiné essentiellement à l’exportation.

Trois de ces sites sont situés sur le littoral, mais dont deux seulement ont fait l’objet de contestations :

a. Celui situé à Sfax, la seconde ville de la Tunisie. Ce site était prévu pour être fermé en 2011 (en raison de la pollution de l’air et du littoral), mais l’avènement de la Révolution tunisienne a empêché sa fermeture, en raison de l’opposition du principal syndicat à sa fermeture (UGTT, Union Générale Tunisienne du Travail), soit–disant pour défendre les travailleurs de l’usine. Un mouvement de grande ampleur a eu lieu dans cette ville, pour pousser à la fermeture de l’usine, mais la situation est bloquée depuis des années déjà.

La contestation porte sur la pollution de l’air et du littoral. Cette usine de transformation des phosphates est la plus ancienne de celles du GCT.

b. Celui de Gabès, au sud de la Tunisie. Ce site est le plus important des usines du GCT. Il se situe à proximité de cette ville. Il déverse en mer d’énormes quantités de phosphogypse (résidu solide de la transformation des phosphates). Ces rejets affectent l’ensemble des écosystèmes marins et sont la cause de la raréfaction des ressources halieutiques, source de vie des pêcheurs côtiers qui ont perdu leurs sources de revenus.

Parmi les autres impacts de cette industrie, on ajoute la pollution de l’air qui affecte l’oasis de la ville (unique oasis littorale au monde) et la raréfaction des ressources en eau pour l’irrigation.

La population demande l’arrêt des rejets en mer du phosphogypse et l’atténuation de la pollution de l’air. Même si les autorités acceptent le transfert des rejets vers le continent, les populations riveraines des sites proposés pour le dépôt du phosphogypse se sont opposées à ce transfert. La situation est bloquée pour le moment, en attendant de nouveaux mouvements et d’autres pistes de solution à ce problème.

Les mouvements sociaux liés à la CPG sont essentiellement des mouvements de jeunes. Ils revendiquent de l’emploi dans la Compagnie. La réponse des autorités fut de recruter un certain nombre parmi les contestataires, dans des sociétés dites d’environnement, mais de fait ces sociétés paient des employés pour ne rien faire ! Le problème ne s’est pas arrêté là. Les jeunes non recrutés manifestent de nouveau, exigeant d’être recrutés. Ce genre de mouvement a abouti plus d’une fois à l’arrêt de la production. Les horizons semblent actuellement bloqués…

2. En 2011, les Tunisiens ont découvert quelques contrats entre l’Etat tunisien et certaines sociétés, dont la COTUSAL (filiale du groupe français SALINES), une entreprise française qui exploite le sel extrait en Tunisie. Le sel est vendu à cette entreprise selon les termes d’un contrat qui remonte à 1949 ! Ce contrat a été reconduit sans la moindre modification depuis cette date… C’est uniquement suite à des pressions populaires que le gouvernement s’est trouvé contraint à le renégocier cette année !

3. Pareil pour certains contrats d’exploitation de ressources gazières et pétrolières.

A titre d’exemple, la totalité de la production d’un champ gazier a été cédé à BG Tunisie qui revend sa production à la Tunisie, pour la production d’électricité. La Cour tunisienne des comptes a pointé certains de ces dysfonctionnements dans ses rapports, mais la situation continue à prévaloir.

De toute façon, les contrats d’exploitation des hydrocarbures conventionnels sont entachés d’opacité, et de forts soupçons de corruption planent autour des acteurs de ce secteur.

Il y a de s’arrêter sur trois mouvements liés à ce secteur :

  • Celui s’opposant à l’exploitation du gaz de schiste, dans la région de Kairouan. C’est suite à l’annonce, en 2012, de la volonté du gouvernement d’exploiter les hydrocarbures non conventionnels dans cette région qu’un mouvement prit corps, notamment à la capitale, pour s’opposer à la facturation hydraulique. C’est dans la région de Sidi Ncir, à Kairouan, que cette hydrofracturation était prévue. Le site est une zone rurale dont la population vit de l’agriculture. Un puits a été creusé par Dualex (une multinationale basée au Canada, et dont le nom actuel est Return Energy Inc.). Les activités de l’entreprise ont provoqué des fissurations dans les maisons des populations riveraines. Suite à leurs contestations, des indemnisations dérisoires leurs ont été proposées, lesquelles ne couvrent pas les frais de réparation des dégâts constatés.

De cette situation, il ressort que :

  1. Les populations locales n’ont pas été consultées sur le projet ;
  2. Elles n’ont pas été informées des conséquences des activités de l’entreprise ;
  3. Aucun accès à l’information n’a été possible pour la société civile au niveau de la région ;
  4. La complicité des autorités locales et régionales avec l’entreprise n’a pas permis des indemnisations justes des dégâts constatés en faveur des foyers affectés ;
  5. L’absence de relais international n’a pas permis de faire connaître les luttes des populations locales dans le pays d’origine de la multinationale.
  • En 2015, un mouvement a mobilisé des jeunes de la région d’El Faouar, sur la limite nord du Sahara et où se trouvent des champs de production de gaz et de pétrole. Des manifestations parfois violentes, sit-in multiples ont eu lieu, pour appliquer des accords signés en 2011 et desquels les multinationales se sont désengagées. Rien n’y fut, et la situation demeure comme si de rien n’était !

Le nouveau, c’est que certains sites de production sont gardés par l’armée et sont par conséquent inaccessibles. A remarquer que de nouvelles ressources ont été découvertes, et que la production continue sans problème.

Il y a lieu d’ajouter qu’en 2010, la société PERENCO a déclaré avoir réussi la facturation hydraulique dans la région. En fait cette multinationale utilise des volumes d’eau qu’elle seule connaît. L’eau utilisée par PERENCO provient d’une source qui jaillit en plein désert, qui alimente une zone humide et qui est utilisée par les locaux pour l’abreuvage du bétail.

  • En 2016, une grande mobilisation à Kerkennah (un archipel au centre de la Tunisie), suite à l’annonce de Petrofac, une entreprise tuniso-britannique qui exploite un champ gazier sur l’archipel, de l’arrêt du financement d’un programme d’emploi des jeunes de la région, dans le cadre de sa responsabilité sociale. Les manifestants ont bloqué la production, et des violences policières ont été enregistrées. Cette affaire a révélé des dysfonctionnements dans la gestion du secteur et des affaires de corruption non encore résolues.

Le conflit qui a mobilisé toute la population de l’île, a forcé la multinationale (et le gouvernement avec) à négocier avec la population, et s’est soldé par le retrait de la police de l’archipel (jusqu’à tout récemment), l’emploi de certains diplômés chômeurs, la création d’une société de développement de l’archipel et le retour de la production (estimée à 12 % de la production nationale en gaz).

  • Un sit-in a eu lieu en 2017 à Tataouine, une ville située à l’extrême sud du pays et où se trouvent les principaux sites de production pétrolière et gazière de la Tunisie. Ce mouvement a mobilisé de larges franges de la jeunesse de la région, particulièrement les diplômés en chômage. Les protestataires se sont allés jusqu’à fermer la vanne d’un oléoduc assurant le transfert du pétrole vers une autre région. La principale revendication des jeunes est l’emploi dans les entreprises travaillant dans la région.

Dans ce conflit, on a enregistré la mort d’un jeune parmi les contestataires. L’issue du mouvement était un engagement des entreprises pour recruter des jeunes et la création d’un fonds pour le développement régional. Ce qui en est suivi n’a malheureusement pas été conforme aux engagements signés.

Les accords ont été signés entre le gouvernement et les représentants des contestataires, ainsi que l’UGTT qui s’est portée garante des engagements pris. Les entreprises concernées ne figurent pas sur le texte, ce qui leur permet de renier les engagements pris. Les zones de production ont été déclarées zone militaire fermée, pour empêcher les contestataires d’y accéder si le mouvement reprend une autre fois. Les multinationales présentes dans la région agissent en terrain conquis, et n’ont aucune considération ni pour les populations locales, ni pour la législation en vigueur ou l’environnement. D’ailleurs, nombreux sites sont pollués par ces entreprises qui demeurent au-dessus des lois.

4. Le dernier scandale qui a secoué ce secteur a eu lieu à la fin du mois d’août 2018. en effet, on a annoncé le limogeage du ministre de l’Energie et des Mines et d’autres hauts cadres du même ministère. La raison invoquée étant qu’un champ pétrolier est exploité illégalement par une société pétrolière depuis 2009 !

Une grande polémique s’en est suivie pour aboutir à un différend juridique entre la société exploitant ce champ et le gouvernement.

De ce qui précède, il ressort que :

  • En Tunisie, les secteurs pétro-gazier et des mines sont entachés d’opacité, et de multiples soupçons de corruption leurs sont liés ;
  • Les autorités sont incapables de faire respecter aux multinationales la législation en vigueur, ni leurs engagements pris en faveur des populations locales ;
  • Les secteurs du pétrole et du gaz ne créent pas beaucoup d’emplois, contrairement à ce prétendent les multinationales et leurs soutiens ;
  • Une opacité complète entoure les activités des multinationales, et les informations relatives à leurs activités proviennent uniquement de ce qu’elles déclarent ;
  • Un déni complet des populations locales caractérise les activités des multinationales ;
  • Ces dernières sont insensibles aux protestations des populations locales. Le seul moyen qui pourrait les faire fléchir est une solidarité internationale qui permet de relayer les luttes locales dans leurs pays d’origine.

Il est important de souligner le fait que les mouvements sociaux qui ont eu lieu en rapport avec le secteur pétro-gazier luttent pour l’accès à l’emploi. Ils sont essentiellement formés de jeunes dont le souci majeur est la recherche d’emploi. Ils ne sont parfois pas conscients des problématiques liées à l’extraction des hydrocarbures conventionnels ou non conventionnels. Dans les régions où se trouvent les principaux mouvements, les soucis liés à l’environnement (eau, pollution…) et aux changements climatiques sont quasi-absents.

La prise de conscience de ces problématiques passe nécessairement par un travail de fond sur ces thématiques avec les mouvements sociaux. Ce genre d’action n’a pas encore eu lieu, et il n’y a pas de lien entre ces mouvements et la société civile engagée dans la lutte contre les changements climatiques ou l’environnement.

L’impunité dont jouissent les multinationales se doit de prendre fin, et les luttes locales ne peuvent aboutir et avoir un minimum d’efficacité que si elles sont soutenues par des relais dans les pays d’origine des multinationales, pour les forcer à respecter un minimum de règles sociales et de respect de l’environnement.

Les mouvements sociaux sont appelés à évoluer pour embrasser d’autres axes de lutte, dont ceux liés à l’environnement et aux changements climatiques, mais comme soulevé plus haut, cette conscience ne peut prendre racine que par un rapprochement entre les mouvements sociaux et ceux de l’environnement.

La criminalisation des mouvements sociaux et le harcèlement policier et juridique n’ont pour le moment pas abouti à les faire taire ou à enterrer leurs revendications, en raison de la justesse des causes défendues et à la solidarité locale et nationale. Cependant certains activistes continuent à subir le harcèlement au quotidien, ou sont parfois complètement ignorés par les autorités.

La Tunisie ne dispose pas encore de mécanismes efficaces en matière de lutte contre la corruption qui gangrène le pays et certains des secteurs de son économie. La société civile est encore active, et pousse vers la liquidation de l’héritage de la dictature, bloquée dans cet élan par les partis politiques qui se sont succédé au pouvoir, mais aussi par de nombreux lobbies dont les intérêts sont liés à ceux des corrompus. C’est d’ailleurs le blocage des horizons qui pousse les jeunes sur les voies de l’émigration non réglementaire, et qui se solde parfois par des drames humains. L’Europe en particulier est en partie responsable de cette situation, par son soutien aux politiques néo-libérales adoptées en Tunisie (et ailleurs), ainsi que par sa volonté de nous imposer l’ALECA (Accords de Libre échange Complets et Approfondis). Pour résumer, disons que les politiques contre lesquelles les Tunisiens se sont soulevés en 2011 sont toujours en vigueur…

Cette réalité spécifique à la Tunisie présente certains traits communs avec d’autres mouvements en Afrique du Nord. Une des pistes fécondes d’action serait la mise en place de réseaux maghrébins de justice environnementale et climatique. Cette région présente des spécificités sociales et environnementales communes qu’il y a lieu de développer des rapprochements entre les acteurs actifs dans ces secteurs. Les défis auxquels font face les jeunes en particulier sont pratiquement les mêmes et les opportunités de développement d’alternatives aux modèles de développement adoptés par les différents gouvernements s’offrent à tous ceux qui luttent pour un monde plus juste et solidaire.